Vous êtes ici: Accueil » Actualité » Casamance: Violentes manifestations à Kédougou, Saraya et Sékoto suite au meutre de Yamadou Sagna par des douaniers sénégalais.

Casamance: Violentes manifestations à Kédougou, Saraya et Sékoto suite au meutre de Yamadou Sagna par des douaniers sénégalais.

Casamance: Violentes manifestations à Kédougou, Saraya et Sékoto  suite au meutre de Yamadou Sagna par des douaniers sénégalais.

Les jeunes ne décolèrent pas après la mort le dimanche 12 février de leur compatriote orpailleur Yamadou Sagna tué à bout portat par un ou plusieurs douaniers. Ils sont rassemblés dans différents quartiers du village de Saraya, Sékoto et Kédougou.

Hier de violents affrontements ont opposés les manifestants de cette partie orientale de la Casamance aux forces sénégalaises qui ont utilisé des balles réelles et blessés plusieurs civils rapportent plusieurs témoignages.

Malgré les interventions de l’armée et de la gendarmerie, les jeunes aux cris de « Vive la Casamance indépendante ! » ont saccagé les postes de gendarmerie et de la douane de Saraya.

Devant une situation difficilement tenante, et devant la montée en puissante de la contagion identitaire casamançaise, le gouvernement de Macky Sall a dépêché sur les lieux le ministre de l’intérieur Abdoulaye Daouda Diallo et son homologue de la Justice Sidiki Kaba, le gouverneur, le Commissaire de police, le Commandant de la Légion de gendarmerie et le Colonel commandant la Zone Est pour atténuer la tension.

Ce n’est pas aujourd’hui que Kédougou a renoué avec les scènes de violences suivies de mort d’homme. La liste des assassinats causés par les forces sénégalaises est malheureusement longue.

Le 23 Décembre 2008, le jeune Sina Sidibé sera tué par balle lors d’une manifestation contre les compagnies minières qui ne recrutaient pas parmi la jeunesse locale.

Il y’a eu également la mort du sourd-muet Kékouta Sidibé, en Août 2012, torturé par la gendarmerie pour trafic présumé de chanvre indien.

Mamadou Doudou Diallo est aussi passé de vie à trépas en Septembre 2014 à Sinthiouroudji, par l’œuvre de gardes pénitentiaires de la prison de Kédougou. Plusieurs femmes se sont ralliées aux jeunes réclament simplement le départ des forces sénégalaises.

Samsidine Badji (SAM)

Commentaires (4)

  • Zeus

    A MON AVIS IL FAUT CARREMENT CONTINUER LES MANIFESTATIONS DANS TOUTE LA CASAMANCE DE TAMBA A OUSSOUYE

  • Safi

    Hommage à Yamadou Sagna. Que votre âme repose dans la paix. Qu’Allah te couvre de Son Pardon.
    Avec ta mort c’est toute la Casamance qui pleure son fils aimé.

  • Nianthio

    Ce mal a pour origine le vol des biens et la colonisation. Commençons, par se libérer . C’est dans la compréhension du sens de cette analyse que nous devons puiser la volonté et la capacité d’infléchir le cours de cette gouvernance d’un autre âge en butte à toute thérapie pour guérir notre pays, ô combien malade des sénégalais, Fraternellement l

  • Tombon

    Il y a des signes qui ne trompent pas. C’est la CASAMANCE de 1960 (Nioro, Tambacounda, Kedougou, Velingara, Kolda, Sédhiou, Bignona, Ziguinchor et Oussouye ) qui se réveille et qui bouge surtout nous les jeunes. Nous sommes plus que motivés d’être libre face à ses bavures de la soldatesque sénégalaise. Nous allons enclanché un mouvement de solidarité ici à Sédhiou sous peu. Vive la Casamance libre et indépendante

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté en pour poster un commentaire.

Copyright © 2013 Tamba Networks Inc. All rights reserved.

Retour en haut de la page