Vous êtes ici: Accueil » Actualité » Etats-Unis / Israël / Palestine: Colère et vague de réprobation après la reconnaissante par Trump de Jérusalem comme capitale d’Israël

Etats-Unis / Israël / Palestine: Colère et vague de réprobation après la reconnaissante par Trump de Jérusalem comme capitale d’Israël

Etats-Unis / Israël / Palestine: Colère et vague de réprobation après la reconnaissante par Trump de Jérusalem comme capitale d’Israël

Le président américain, Donald Trump, a déclenché la colère des Palestiniens et une vague de réprobation bien au-delà du Proche-Orient en reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël, une décision en rupture spectaculaire avec la politique de ses prédécesseurs.

A la demande de huit pays, dont l’Egypte, la France et le Royaume-Uni, une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU a été fixée à vendredi matin.

Des Palestiniens ont prévu jeudi un rassemblement à Ramallah, en Cisjordanie, territoire occupé par l’armée israélienne depuis cinquante ans. La veille, ils étaient des centaines dans la bande de Gaza à avoir brûlé des drapeaux américains et israéliens et des portraits de Donald Trump.

Le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, à la tête du gouvernement considéré comme le plus à droite de l’histoire d’Israël, a salué un jour «historique», réaffirmant par ailleurs l’engagement israélien à maintenir le «statu quo» sur les lieux saints à Jérusalem.

l’Arabie saoudite, traditionnel allié des Etats-Unis, a fustigé «un recul dans les efforts en faveur du processus de paix et une violation de la position américaine historiquement neutre sur Jérusalem», a fait savoir Riyad dans un communiqué du palais royal cité par les médias d’Etat.

Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a dénoncé des choix «déplorables», jugeant que Washington ne pouvait plus jouer son rôle historique de médiateur de paix avec les Israéliens. Le mouvement islamiste palestinien Hamas a de son côté jugé que cette annonce ouvrait «les portes de l’enfer» pour les intérêts américains dans la région.

La Jordanie, pays gardien des lieux saints musulmans à Jérusalem, a dénoncé «une violation du droit international» et de la charte des Nations unies. La Turquie a condamné une décision «irresponsable». L’Iran, bête noire de Donald Trump, a jugé que la décision américaine provoquerait une «nouvelle Intifada».

La Turquie, mais aussi la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Union européenne ont ouvertement regretté la décision de Donald Trump. Le président français, Emmanuel Macron, a qualifié cette décision de «regrettable» et appelé à éviter à tout prix les violences. «Nous ne sommes pas d’accord avec la décision américaine», a déclaré la première ministre britannique, Theresa May, tandis que l’UE faisait part de sa «sérieuse préoccupation».

Ibou Camara

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté en pour poster un commentaire.

Copyright © 2013 Tamba Networks Inc. All rights reserved.

Retour en haut de la page